Réservé exclusivement à l'attention des clients professionnels et, en Suisse, aux investisseurs qualifiés.
Français
  • Allemand
  • Anglais
  • Français
  • Italien
fr
  • de
  • en
  • fr
  • it
Filtrer par thème
Filtrer par date
Filtrer par société de gestion
Filtrer par thème
Filtrer par date
Filtrer par société de gestion
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre thème
Supprimer tous les filtres
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre date
Supprimer tous les filtres
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre société de gestion
Supprimer tous les filtres
Réservé exclusivement à l'attention des clients professionnels et, en Suisse, aux investisseurs qualifiés.
Français
  • Allemand
  • Anglais
  • Français
  • Italien
fr
  • de
  • en
  • fr
  • it
© 2019. BNY Mellon Investment Management EMEA Limited. Tous droits réservés.
NOS IDÉES ET RÉFLEXIONS POUR ALIMENTER VOS DÉCISIONS D’INVESTISSEMENT
10 avril 2018

Qui sort gagnant d’une guerre commerciale ?

Personne ne sort gagnant d’une guerre commerciale. Naturellement, les pays exportateurs sont directement pénalisés, mais les pays importateurs ont également fort à perdre. La raison pour laquelle personne ne sort victorieux d’une guerre commerciale tient au fait qu’elle entraîne généralement un phénomène de substitution au profit de biens plus chers. En effet, une guerre commerciale a pour conséquence de supprimer, au détriment du consommateur, les gains d’efficacité réalisés grâce à l’expansion des chaînes d’approvisionnement mondiales. Sans avoir à remonter bien loin, il suffit de se rappeler la dernière fois que des droits de douane ont été imposés au sein du secteur de l’acier, en 2002, pour constater les dommages potentiels. À la suite d’une série de fermetures d’usines et de la hausse des importations, le président Bush avait décidé de taxer certains produits en acier. L’impact net de cette décision sur l’emploi au sein de l’industrie de l’acier a certes été très limité, mais les entreprises qui utilisaient l’acier dans leur cycle de production ont enregistré au total environ 200 000 pertes d’emplois (contre les 180 000 salariés employés dans le secteur de la production d’acier à l’époque aux États-Unis)[1].

 

L’instauration de ces barrières douanières a eu pour effet d’augmenter les coûts de production des entreprises manufacturières aux États-Unis, en particulier les plus petites, et d’éroder leur rentabilité. Incapables d’augmenter leurs prix, ces entreprises autrefois rentables ont été contraintes de réduire leur production et, par la force des choses, leur main d’œuvre. Malgré la volonté affichée de rapatrier des emplois perdus au profit de pays étrangers grâce à l’instauration de barrières douanières et commerciales, de telles mesures se soldent généralement au niveau local par une hausse des prix et des licenciements.

 

Brendan Mulhern, stratégiste – Newton, société de gestion de BNY Mellon

 

[1]Trade Partnership Worldwide study. The Unintended Consequences of U.S. Steel Import Tariffs: A Quantification of the Impact During 2002, 7 février 2003.

Veuillez noter que le contenu du présent site internet est réservé exclusivement aux investisseurs professionnels et ne doit être diffusé qu’à des personnes qualifiées. Les informations contenues dans le présent site internet ne doivent en aucun cas servir de fondement aux décisions de toutes personnes tierces auxquelles lesdites informations ne sont pas destinées.

 

Les gestionnaires sont désignés par BNY Mellon Investment Management EMEA Limited (« BNYMIM EMEA ») ou les sociétés de gestion de fonds affiliées afin d’assurer l’activité de gestion de portefeuille au titre des contrats portant sur les produits et services souscrits par les clients auprès de BNYMIM EMEA ou des fonds BNY Mellon.

S’abonner au flux d’actualités