Réservé exclusivement à l'attention des clients professionnels et, en Suisse, aux investisseurs qualifiés.
Français
  • Anglais
  • Français
fr
  • en
  • fr
Filtrer par thème
Filtrer par date
Filtrer par société de gestion
Filtrer par thème
Filtrer par date
Filtrer par société de gestion
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre thème
Supprimer tous les filtres
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre date
Supprimer tous les filtres
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre société de gestion
Supprimer tous les filtres
Réservé exclusivement à l'attention des clients professionnels et, en Suisse, aux investisseurs qualifiés.
Français
  • Anglais
  • Français
fr
  • en
  • fr
© 2019. BNY Mellon Investment Management EMEA Limited. Tous droits réservés.
NOS IDÉES ET RÉFLEXIONS POUR ALIMENTER VOS DÉCISIONS D’INVESTISSEMENT
6 février 2019

Un héritage amer ? Le programme de rachat d’actifs a-t-il fait plus de mal que de bien ?

Alors que la BCE met un terme à son programme de rachats d’actifs, il est important de s’interroger sur le soulèvement politique qui s’opère sans relâche dans toute l’Europe. Celui-ci offre en effet un enseignement précieux aux défenseurs des politiques inflationnistes. Les partisans de l’assouplissement quantitatif (QE) pensaient assurément que l’émission de 2 600 milliards d’euros d’argent « frais » permettrait, au moins pour quelque temps, d’apaiser les populations sur lesquelles veille la BCE en dopant la demande. En revanche, ceux qui s’opposaient à cette abondance dangereuse de masse monétaire et de crédit n’éprouvent aucune surprise devant l’accroissement de l’instabilité politique qui touche l’ensemble de la zone euro.

 

Les bulles sont des instruments de redistribution. Les bulles gonflées par le QE n’ont servi qu’à accentuer les inégalités, en renchérissant la valeur du patrimoine des plus aisés et en rendant le capital inabordable à ceux qui en sont privés. La classe politique s’est rendue complice de ce phénomène en déployant des politiques inflationnistes qui leur évitent perpétuellement d’avoir à s’attaquer aux problèmes structurels, dont la résolution nécessite des choix difficiles et des réformes.

 

Toutefois, cette vision court-termiste n’a fait qu’aggraver les problèmes structurels. En empêchant la purge du capital mal distribué et en pérennisant les excès, les banques centrales font en sorte que la structure des facteurs de production n’aboutisse pas au résultat nécessaire aux gouvernements pour remplir leur contrat vis-à-vis de la société. Le mouvement français des Gilets jaunes est le dernier symptôme en date de cette sclérose sociale.

 

Brendan Mulhern, stratégiste globale chez Newton, une société de gestion de BNY Mellon.

Veuillez noter que le contenu du présent site internet est réservé exclusivement aux investisseurs professionnels et ne doit être diffusé qu’à des personnes qualifiées. Les informations contenues dans le présent site internet ne doivent en aucun cas servir de fondement aux décisions de toutes personnes tierces auxquelles lesdites informations ne sont pas destinées.

Les gestionnaires sont retenus par BNY Mellon Investment Management EMEA Limited (BNYIM EMEA), ou des sociétés affiliées, assurant l’administration des fonds, à des fins de services de gestion de portefeuille portant sur les produits et services proposés par BNY Mellon Investment Management EMEA Limited ou les sociétés administratrices des fonds.

Subscribe to updates