Réservé exclusivement à l'attention des clients professionnels et, en Suisse, aux investisseurs qualifiés.
Français
  • Allemand
  • Anglais
  • Espagnol
  • Français
fr
  • de
  • en
  • es
  • fr
Filtrer par thème
Filtrer par date
Filtrer par société de gestion
Filtrer par thème
Filtrer par date
Filtrer par société de gestion
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre thème
Supprimer tous les filtres
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre date
Supprimer tous les filtres
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre société de gestion
Supprimer tous les filtres
Réservé exclusivement à l'attention des clients professionnels et, en Suisse, aux investisseurs qualifiés.
Français
  • Allemand
  • Anglais
  • Espagnol
  • Français
fr
  • de
  • en
  • es
  • fr
© 2020. BNY Mellon Investment Management EMEA Limited. Tous droits réservés.
NOS IDÉES ET RÉFLEXIONS POUR ALIMENTER VOS DÉCISIONS D’INVESTISSEMENT
26 mars 2020

L’économie de la peur

Deux pandémies sont en jeu actuellement. La première, bien sûr, est la propagation du COVID-19 qui a un tel impact sur notre façon de vivre, de travailler et de nous divertir. La seconde est une pandémie de peur qui se reflète par des rayons vides dans les supermarchés et des marchés financiers en berne. La première est terrible, mais finira par passer. La deuxième est devenue « virale » également, et à certains égards, plus dangereuse car elle risque de transformer un choc massif, mais finalement temporaire pour l’économie, en quelque chose de plus durable et de plus dommageable.

 

On me demande souvent s’il existe des parallèles étroits avec la situation actuelle. La réponse honnête est probablement non, mais la grippe espagnole de 1918-19 résonne un tant soit peu. Je ne rentrerai pas dans les détails, mais elle a certainement bien plus contribué à la récession mondiale des années 20, que ce que les économistes reconnaissaient jusqu’à présent. Il s’agissait sans aucun doute d’une souche plus grave que le coronavirus actuel – plus de 25 millions de travailleurs dans la force de l’âge sont morts et plus de 500 millions de personnes auraient pu être infectées. Arrivée à la fin de la Première Guerre Mondiale, elle s’est rapidement propagée avec la démobilisation des troupes et leur retour dans leur pays d’origine – une erreur de politique de santé publique (si elle est compréhensible). Mais elle a été aggravée par des erreurs de politique monétaire et budgétaire – les principales craintes étant les pressions inflationnsites du temps de guerre et l’énorme augmentation de la dette publique. Une situation sans aucun doute complexe qui a été mal gérée d’un point de vue santé publique comme macroéconomique. Je n’ai pas l’impression que nous commettions de telles erreurs cette fois.

Je ne peux que conclure qu’il existe d’énormes possibilités d’achat. Devons-nous attendre que les marchés retrouvent leur esprit collectif et que la seconde pandémie commence à reculer ? Pour les plus courageux, peut-être pas.

 

Shamik Dhar, Chef économiste, BNY Mellon Investment Management.

Veuillez noter que le contenu du présent site internet est réservé exclusivement aux investisseurs professionnels et ne doit être diffusé qu’à des personnes qualifiées. Les informations contenues dans le présent site internet ne doivent en aucun cas servir de fondement aux décisions de toutes personnes tierces auxquelles lesdites informations ne sont pas destinées. 

 

Les gestionnaires sont retenus par BNY Mellon Investment Management EMEA Limited (BNYMIM EMEA), BNY Mellon Fund Management (Luxembourg) S.A. (BNY MFML), ou des sociétés affiliées, assurant l’administration des fonds, à des fins de services de gestion de portefeuille portant sur les produits et services proposés par BNYMIM EMEA, BNY MFML ou les sociétés administratrices des fonds.

Subscribe to updates