Réservé exclusivement à l'attention des clients professionnels et, en Suisse, aux investisseurs qualifiés.
Français
  • Allemand
  • Anglais
  • Français
fr
  • de
  • en
  • fr
Filtrer par thème
Filtrer par date
Filtrer par société de gestion
Filtrer par thème
Filtrer par date
Filtrer par société de gestion
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre thème
Supprimer tous les filtres
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre date
Supprimer tous les filtres
No posts matching your criteria
Supprimer le filtre société de gestion
Supprimer tous les filtres
Réservé exclusivement à l'attention des clients professionnels et, en Suisse, aux investisseurs qualifiés.
Français
  • Allemand
  • Anglais
  • Français
fr
  • de
  • en
  • fr
© 2019. BNY Mellon Investment Management EMEA Limited. Tous droits réservés.
NOS IDÉES ET RÉFLEXIONS POUR ALIMENTER VOS DÉCISIONS D’INVESTISSEMENT
4 juillet 2019

La courbe qui importe moins

Autrefois lionisée comme la « rock star » des indicateurs économiques, la courbe inversée a perdu de sa splendeur. La courbe, qui délimite la différence de rendement entre les obligations d’Etat américaines à long terme et à court terme, était auparavant considérée comme un baromètre de la santé financière mondiale ou même comme un catalyseur de la récession elle-même.

 

C’est compréhensible. Chaque récession américaine depuis la Seconde Guerre Mondiale a été précédée d’une courbe de rendement inversée (en particulier avec un rendement des bons du Trésor à un an supérieur à celui des bons du Trésor à 10 ans).

 

Mais selon moi, le statut de la courbe de rendement inversée en tant que prédicteur des récessions est exagéré et désuet. Si cette réputation était totalement méritée dans un environnement de politique monétaire « normale » – c’est-à-dire lorsque les récessions sont générées par les banques centrales – dans le monde post crise financière mondiale, les choses sont très différentes.

 

De nos jours, les récessions sont beaucoup plus susceptibles d’être causées par des variables financières qui tournent  mal et créent des krachs. C’est vrai pour le krach d’Asie à la fin des années 90, pour la récession dotcom et encore plus pour la crise financière mondiale puis la crise de la zone euro.

 

L’époque où les banques centrales provoquaient des récessions par des hausses de taux d’intérêt est révolue depuis longtemps, surtout dans le climat actuel où l’on craint que l’inflation n’atteigne pas son objectif.

 

Et, si l’inflation a perdu son rôle central en tant que catalyseur de récession, alors il en est de même pour la courbe de rendement inversée comme outil pour comprendre quand une récession se prépare.

 

Shamik Dhar, chef économiste, BNY Mellon Investment Management.

Veuillez noter que le contenu du présent site internet est réservé exclusivement aux investisseurs professionnels et ne doit être diffusé qu’à des personnes qualifiées. Les informations contenues dans le présent site internet ne doivent en aucun cas servir de fondement aux décisions de toutes personnes tierces auxquelles lesdites informations ne sont pas destinées.

Les gestionnaires sont retenus par BNY Mellon Investment Management EMEA Limited (BNYMIM EMEA), BNY Mellon Fund Management (Luxembourg) S.A. (BNY MFML), ou des sociétés affiliées, assurant l’administration des fonds, à des fins de services de gestion de portefeuille portant sur les produits et services proposés par BNYMIM EMEA, BNY MFML ou les sociétés administratrices des fonds.

Subscribe to updates